[Test chaussures] Fiver Fingers by Vibram et Barefoot running

J’ai fini par me laisser convaincre par de nombreux amis déjà dedans. C’était un matin d’octobre, j’allais acheter mes première Five Fingers, j’acceptais enfin de tester le Barefoot running. Cette tendance qui consiste à courir en Drop 0 (je vous en dis plus dans 2 minutes). Voyons un peu mes premières impressions… moi qui courrais toujours acec des semelles ortho et un gros amorti !

Le concept

Le concept du barefoot running est plutôt simple et logique si l’on réfléchit bien.
L’homme est fait pour courir, c’est un fait avéré. Nous sommes musculairement et tout et tout faits pour la course de fond, pour courir sur de très longues distances.

Seulement, nous avons perdu cette capacité avec les années, et surtout avec le fait que nous mettions de grosses semelles à nos enfants avant même qu’ils n’apprennent à marcher. Nous ne marchons et ne courons plus pieds nus, et c’est finalement plutôt mauvais.

Vibram five fingers test

Le drop, c’est la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière de votre running, en général, plus un drop est élevé et plus votre amorti est important. Courir en drop 0, c’est presque courir pieds nus, sauf qu’il y a une petite semelle qui est là pour que vous évitiez de vous blesser.

Si vous voulez en savoir plus sur cette tendance de fond dans le running, sur la foulée naturelle, vous devriez jeter un oeil du côté de la chronique Geek de Kevin, il en parlera bien mieux que moi. Je ne livre ici que ma maigre expérience.

Etape 1 : les enfiler

C’est là que ça devient rigolo en fait…
Vous avez déjà essayé d’enfiler une chaussure à doigts de pied ? C’est HYPER HYPER galère.
Je crois que la première fois (dans le magasin, devant le vendeur et tout…), j’ai du mettre environ 15 minutes à enfiler la première.

Une fois chez moi, au calme, avec des chaussettes à doigts de pied adaptées, il ne m’a fallut que 7 minutes environ, sachant que mon petit doigt de pied fait encore aujourd’hui de la résistance.

Mais attendez… ce n’est pas encore le moment le plus rigolo. Il va falloir courir avec maintenant.

Etape 2 : courir son premier kilomètre presque pieds nus.

J’ai passé le cap ce matin. J’ai enfilé mes Five Fingers (en 3 plombes…) et j’ai décidé de mettre le nez dehors, à 7h du matin, par 3°C, pour aller faire un petit km d’essai.

Verdict ? C’est plutôt cool, mais ça fait ARCHI mal aux muscles.

Les filles comprendront, les mecs moins, en barefoot, on court exclusivement sur l’avant du pied, comme avec une chaussure à talon finalement… si vous essayez de taper avec le plat du pied ou pire, le talon, tout votre corps se mettra à vibrer comme un mixer, et franchement c’est pas cool (sauf pour préparer des milkshakes à la rigueur).

Du coup, vous êtes en flexion sur l’avant du pied, tout en courant, et ce pendant toute la durée de votre course.

Aucun problème de vitesse ou de technique à signaler, c’est simplement beaucoup plus difficile musculairement, puisqu’on a absolument pas l’habitude.

J’ai choisi de commencer doucement, pour ne pas me blesser et pour pouvoir continuer à courir des distances longues avec mes autres running (mes Saucony Guide qui atteignent doucement les 1000 km sans la moindre égratignure à la semelle).

Five fingers test et avis

L’idée ici, est de tester une transition progressive, et de voir ensuite comment je le vis.

Etape 3 : courir 2 km

Finalement, je vais écrire chaque étape, le jour où je la vis. Ne vous étonnez pas si vous avez l’impression que j’ai un léger problème de concordance des temps.
Cet article a simplement été écrit en plusieurs aujourd’hui ! 😀

Test deux : 2,5 km avec des articulations douloureuses de la veille et un pied pas bien en forme.
Verdict : avec la fatigue, on a tendance à talonner, et cela ne pardonne pas en drop 0.
Rassurez-vous, on sent très vite quand on fait une connerie et on rectifie rapidement pour ne pas se transformer en plateforme vibrante sous les chocs de talon.

Chose intéressante à noter : Mon TFL (syndrome de l’essuie glace) au genou droit ne me fait pas du tout mal quand je cours en Five Fingers, mais cela est peut être dû à la courte distance parcourue.

Je vous dirai ça en augmentant les km !

On sent toutefois la forte contrainte sur les chevilles, les tibias, les pieds quand on n’est pas habitué à ce type de course. C’est supportable, mais je plains le débutant en course à pied qui démarre comme ça.

Kevin s’était d’ailleurs blessé un peu rapidement en baissant le drop de ses chaussures !

La suite au prochain épisode.

Etape 4 : Courir 5 km

Avec un genou un peu amoché, je rechausse mes Five Fingers pour voir si cela le soulage (c’est le cas quand la tendinite n’en est pas à un stade bien aigu..)

5 km dans un Londres mal réveillé, un vrai bonheur.
Côté sensations ? Les mollets qui bruleront pendant 3 jours, comme à chaque fois. La transition vers le Barefoot running doit se faire généralement sur 6 à 24 mois selon les personnes et leurs habitudes motrices.

Si je vais continuer ? Oui et non. J’adore les sensations de course avec les Five Fingers, mais pour moi, notre corps n’y est plus vraiment adapté et il faut VRAIMENT prendre le temps pour y revenir.

Ayant mon premier marathon en avril, cela me paraît bien compliqué, mais je les chausserai avec plaisir de temps à autres pour des sorties plus courtes, pour travailler la vitesse par exemple.

Le bilan

Après quelques semaines à les utiliser, une chose est sûre, c’est plus difficile qu’il n’y paraît. Toutefois les sensations sont vraiment intéressantes et l’on apprend à courir différemment, à courir mieux.

Si je vous les recommande ? Il faut essayer… vous n’aurez pas MOINS de problèmes en courant Barefoot, vous les déplacerez simplement.
Le tendon d’Achille et les mollets prendront plus de chocs, alors que les genoux par exemple seront épargnés. Tout dépend de vous, de votre physiologie etc…

Il est intéressant de tester le Drop 0 de manière générale pour se rendre compte que l’on peut courir autrement, que l’on n’est pas obligé de passer par un drop 10 et des semelles pour courir correctement, même de nos jours.

Il existe d’ailleurs dans mon entourage, plusieurs personnes qui courent des marathons en Five Fingers sans le moindre problème, c’est une histoire d’adaptation, comme tout.

Le corps humain est une merveilleuse machine, il s’adapte à toute nouvelle contrainte en plus ou moins de temps. Le meilleur conseil reste celui-ci : écoutez votre corps.

C’est fini pour aujourd’hui, mais je reviens très vite vous parler de mon vilain TFL !

A bientôt les copains !

PS : laisse-toi faire, ça va bien se passer.

2 Commentaires

  1. 25 juin 2016 / 3 h 13 min

    Les sites medicaux podologiques aux US commencent a mettre en avant la responsabilite des Vibram dans l augmentation des fractures de fatigue aux pieds. Attention donc aux coureurs debutant qui veulent se lancer avec ce genre de chaussures.

    • 27 juin 2016 / 7 h 07 min

      Evidemment, il faut y aller doucement 🙂
      Comme tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *