[Motivation] Ils ont commencé à courir parce que…

On a tous une bonne raison de d’y mettre un jour ! Normalement vous connaissez la mienne. J’étais un peu gros, en mauvaise santé, et fainéant surtout. A effort équivalent, la course à pied était le sport le plus efficace d’après mes recherches… Et hop, j’suis tombé dans la potion magique. Du coup, j’ai voulu demander à plein d’autres personnes, comment et pourquoi elles ont débuté. En voiture Marcel, ensemble on va aller beaucoup plus loin !

La team

Mention spéciale aux mauvais élèves qui n’ont pas répondu à temps, ils se reconnaitront. Vous ferez un tour de piste en plus au prochain fractionné…

Yohan – 25 ans (14 ans de course à pied)
J’ai commencé à courir après avoir bien appris l’esprit d’équipe à l’école du football – j’aimais courir et dans l’athlétisme je pouvais courir toutes les distances. J’ai donc commencé comme sprinteur (haies et 60m) pour passer sur demi-fond (1000m et cross) et actuellement marathon (après avoir fait un paquet de 10km).

Clément – 29 ans
Pour moi ça a été la combinaison de deux facteurs : mon Facebook qui se remplissait de plus en plus de posts de mes amis sur le running ; et l’envie de trouver une activité qui me permettait de faire le vide après une journée de travail bien chargée. Et un jour à la salle de sport, il m’a suffi d’un coup d’œil à l’un des tapis de running pour me donner la motivation d’y aller.

Nicolas – 28 ans
C’était un jour comme un autre, j’ai voulu me sortir du train train quotidien de parfait geek que j’étais. Du coup, j’ai remplacé les séance de jeu par les séances de course. Qu’il pleuve ou neige. Au passage, j’ai retrouvé plein de gens grâce à cela, dont des camarades du collège !

Françoise – 28 ans.
J’ai toujours eu conscience des bienfaits santé de la course à pieds (sang, oxygène, maintien poids..) mais depuis quelques années c’est avant tout un moyen de me « déconnecter » et parfois éviter de flirter avec le burn-out
Au delà, la sensation en fin de longue course et de limites repoussées me rend euphorique !

Victor – 26 ans
J’ai commencé à courir pour me remettre au sport et aussi pour perdre du poids (un an à l’étranger ça tue..)
Finalement, c’est devenu un rythme de vie et c’est surtout pour essayer de ne pas prendre de poids et de pouvoir manger à peu près tout ce que je veux. (Courir plus pour manger plus !)
Anecdote : Ma première course officielle tout seul… Je ne savais pas ce que je devais faire, je voyais plein de gens courir, je ne savais pas où me mettre, bref, lost… Et au démarrage, je m’étais mis dans le SAS Elite…

Stéphane – 26 ans – le bon élève du groupe.
Courir plus pour manger plus, je ne m’en suis jamais caché moi…

Les blogueurs

J’ai commencé sérieusement la course à pied après avoir perdu mes 15 kilos. C’était un challenge car je n’avais jamais couru plus de 3 km. Donc je me suis entraîné, surtout en fractionné et j’ai couru mon premier 5 km officiels 3 mois après. Je me souviens que j’étais trop heureuse de me lever à 7h du matin un dimanche pour me geler dehors. C’était les foulées de Vincennes.
Depuis je m’entraîne pour les triathlons toujours pour des petites distances, jamais plus de 10 km. Pour moi la course à pied c’est vraiment un gros challenge et c’est très difficile physiquement et mentalement. J’aime bien me faire mal en allant courir ça muscle la volonté !

Margaux – 26 ans – La route de la forme

Il y a deux ans, ne pas louper le métro était bien la seule chose qui pouvait me faire courir, comme quoi, tout peut changer… J’ai commencé le running après avoir quitté un emploi, du coup, plus de salaire, plus de salle de sport… Autant vous dire qu’il a fallu me faire violence pour mettre un pied dehors et amorcer tout ça. Les premières semaines ont été dures, mais la progression assez rapide. Ensuite, c’est que du plaisir.
Jennifer – 28 ans – Jynay.com

Parfois, les copains n’étaient pas là pendant les vacances pour jouer au foot, je mettais mes baskets et j’allais courir tout seul. De mémoire, j’ai toujours bien aimé les cross et l’endurance en primaire, au collège, au lycée.
Sélim – blogueur lifestyle sur Selimniederhoffer.com

Les autres interrogés !

Alexis – 26 ans – kinésithérapeute
Il y a 4 ans, je vivais à la Reunion et tout le monde se faisait bouffer par les requins… alors on a décidé de randonner dans les criques. Sauf que c’était l’été, il pleuvait tout le temps et on finissait toujours les rando en courant, on s’est aperçu que c’était cool – on a décidé de courir (plus la grosse émulation sur l’île et l’explosion du Trail) -Puis j’ai été Kine sur la diagonale des fous en 2012, ce qui scelle pour de bon la passion pour le running !

(Note de Jérémy : Sans lui on serait tous foutus depuis longtemps, c’est lui qui nous répare quand on fait les cons en fait…)

Claire – 25 ans – 4 ans d’amour du trail.
En rentrant de Cali j’avais pris 10kgs, c’était juste PAS POSSIBLE !
Je me suis dis : « Là Clairou, faut qu’tu t’bouges »
J’ai commencé sur route 2/3 km puis un peu plus chaque semaine, c’était dur mais j’ai persisté dans l’unique but de perdre du poids.
2 mois après je suis partie courir avec un pote traileur qui était saoulé par la route, a regardé le sommet de la montagne et m’a lancé : « chiche, on grimpe la haut »
Motivée j’ai répondu « Okay feu !  »
Nous voilà partis dans les sentiers avec 500m de D+, quelle souffrance, j’ai marché toute la montée, frustrée !
Arrivée en haut, il s’est passé un truc, une vue à couper le souffle, un sentiment de pleinitude, oubliant la souffrance ressentie en montant.
C’est à ce moment précis que « courir » a pris tous son sens :
Le dépassement de soi, la beauté de la nature et la magie de la vue au sommet de la montagne : c’était çà la récompense !
Depuis, je cours en montagne plusieurs fois par semaine sans jamais me lasser.
D’ailleurs, on irait pas s’faire un ptit’ run genre là tout d’suite ?

Romane – 21 ans.
J’avais 19 ans quand je me suis rendue compte que, malgré ma minceur, je ne supportais plus ce ventre disgracieux et flasque qui n’avait jamais vu l’ombre d’un muscle.
Et je me suis dis que j’allais avoir 20 ans, et que si à cet âge je n’étais pas capable d’aimer mon corps, ça ne m’arriverait jamais dans ma vie.
J’ai allumé mon ordinateur, j’ai découvert « Freeletics ». J’ai fait quatre abdos. Quatre.
Suite à cette douleur inconnue je me suis dis  » Ok tant pis. Après tout, on a le corps qu’on a, faut faire avec. » (bouuuuuuuuuuh)
J’ai continué à trainer sur le site de Freeletics quand je suis tombée sur la vidéo d’une femme racontant son parcours : elle devait avoir une trentaine d’années si ce n’est plus, un corps beaucoup moins avantageux que celui que j’avais au départ, et était devenue une bombe musclée. Enfin tout juste ce qu’il fallait.
Mais surtout elle était fière d’elle. La vidéo la montrait en train de galérer à faire trois burpees, cinq fentes… Jusqu’à ce que la voix off de cette femme dise « Au début, j’ai tout de suite abandonné. Je me suis dis que de toute façon, on a le corps qu’on a, on doit faire avec. » BOOM. Je ne me suis plus jamais arrêtée depuis.

La morale de l’histoire

Oui y’a toujours une morale, bienvenue chez la génération Walt Disney !

Bref, peu importe les raisons qui nous poussent à courir, l’essentiel reste de commencer (la pratique de tout autre sport est LARGEMENT valable également). Peu importe ce que tu cours et en combien de temps, tu vas toujours plus vite et plus loin que celui qui est vautré sur son canapé à ne rien faire (il a le droit aussi, mais il perd celui de se plaindre…)

Il y aura autant de raisons de commencer que de personnes, de situations, mais c’est une belle aventure lorsqu’on se lance.

On rencontre des gens, on participe à des événements, on se dépasse, on vit des choses qu’on ne pensait jamais possible. C’est aussi ça qu’on a envie de vous partager avec Faster Today : Viens on vit des trucs extraordinaires, et on va le faire tous ensemble !

Que ton dépassement à toi ce soit de courir 5km, de perdre 5kg ou encore de courir le Tor des géants (330km… y’a vraiment des malades), ça vaut le coup et on sera heureux de te motiver sur le chemin !

Et puis de toute façon laisse-toi faire, ça va bien se passer.

Et vous, vous avez commencé comment ? Qu’est-ce qui vous motive ?

[wpdevart_like_box profile_id= »482780551895536″ connections= »show » width= »300″ height= »550″ header= »small » cover_photo= »show » locale= »en_US »]

Mymy, qui cherche toujours le juste équilibre pizza-bière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *