Kevin et le Running : le Commencement

Aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais aimé courir. J’étais sportif, mais ne courrais jamais que sous la contrainte. Puis on passe le bac, on commence les études… on a même plus le temps de faire du sport. Alors on s’inscrit à une salle de musculation près de chez soi, c’est pratique et ça permet de rester en forme. Du moins c’est ce que je pensais. On y va 3 fois par semaine (on apprend vite que 2 c’est pas assez pour progresser), on fait ses 5 exercices de 5 séries à 10 répétitions. Toujours dans le même ordre. A une période j’étais motivé et j’alternais même deux workouts différents. Les mois passent, voire les années, on prend du poids. On est content. Mais on réalise vite que l’on est pas sportif pour un clou, On a l’apparence de l’athlète, mais rien d’autre.

Il y a quelques mois je suis tombé sur le documentaire d’Arte « Sommes nous fait pour courir ?« , ce fut une révélation. « L’homme est fait pour courir ? Pourquoi pas moi alors ! ». Deux jours après je commandais ma première paire de running, mais pas n’importe laquelle : une paire de « barefoot ». J’étais convaincu par ce documentaire : On est fait pour courir, oui, mais pas n’importe comment !

J’ai commencé à discuter avec Jeremy, qui courrait déjà, pour lui poser un tas de questions. Puis, toujours sans avoir parcouru le moindre kilomètre avec mes nouvelles baskets, je rencontrais Yohan. En début de soirée Jerem m’interpelle. « Hey Kevin, je viens de rencontrer un marathonien ! ». Vous l’aurez deviné, il s’agissait de Yohan. Il n’en fallut pas plus (ça et un peu d’alcool) pour que quelques heures plus tard on fasse le pari solennel de courir le prochain marathon de Paris. (Oui oui, Paris 2016, moins d’un an plus tard).

Une semaine après je commençais donc mon entrainement plus motivé que jamais. Et deux semaines plus tard j’étais déjà blessé !
J’ai fait toutes les erreurs du débutant : Non seulement j’ai commencé trop fort, mais en plus je courrais en barefoot sans aucune technique. La blessure était inévitable mais heureusement sans réelle gravité : inflammation de 2 ligaments au niveau du talon, la blessure classique du débutant en minimaliste. Après 2 semaines en boitant, 3 semaines sans courir, et 2 mois de rechute (Oui, c’est à ce moment que j’ai commis la seconde erreur du débutant : repartir trop vite sur une blessure), j’ai pu me remettre à courir sérieusement début septembre.

Cette blessure a eu une incidence toute particulière sur ma pratique de la course à pied, nous y reviendrons dans un prochain article, et m’a appris beaucoup de choses sur mon corps. Les mouvements répétés, les secousses, les chocs avec le bitumes, sont impardonnables pour nos articulations et nos tissus. Les préserver passe par l’écoute de son corps. On peut se permettre de forcer sur un muscle courbaturé, mais pas sur une articulation ou un ligament douloureux. Il vaut mieux s’accorder un jour ou deux de repos supplémentaires que de se blesser, parfois de manière irréversible.

J’aime remettre en question les croyances communes, et ce sera le sujet de la plupart de mes articles : faire différemment. Je n’écrirai que sur ce que j’ai déjà testé, et approuvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *