La cadence est Reine

Si je n’avais qu’un seul conseil à donner pour améliorer sa course ce serait la cadence.

On pourrait avoir un débat sur le barefoot, la posture, le type de foulée… Mais la cadence est la clé de voûte maintenant tout le reste en place. Cet article sera donc court mais il est selon moi fondamental de l’appliquer à chaque sortie. Une bonne cadence permet d’éviter les blessures, d’économiser son énergie, et même d’éviter l’usure prématurée des semelles (c’est aussi bon pour le portefeuille, donc !).

Le message est simple : téléchargez la première application “métronome” sur votre smartphone, réglez-le sur 90bpm et courrez ! (90bpm par jambe soit une cadence de 180 pas par minute).

Au début, vous aurez tendance à courir plus vite pour tenir cette cadence : ce n’est pas le but. L’astuce est de réduire la longueur de sa foulée et de courir à la même vitesse que d’habitude.

Quoi, c’est si simple que ça ?

Oui, derrière cette mystérieuse cadence se cache bon nombre de raisons : muscles, ligaments, tendons, tissus sont faits pour “vibrer” à cette fréquence. C’est leur fréquence de résonance en quelque sorte. Courir à cette cadence permet d’utiliser au maximum leur élasticité et leur souplesse : vous rebondirez avec moins d’effort.

La plupart des runners sont aux alentours de 160 bpm. Augmenter la cadence c’est réduire la longueur d’une foulée, et diminuer la violence des impacts. Même l’amorti des chaussures est plus efficace dans ces conditions.

La magie de la chose c’est que vous courrez plus léger sans effort, votre foulée sera plus courte, économe et harmonieuse, et l’impact au sol se fera plus proche de votre centre de gravité (presque directement en-dessous du nombril).

Mais, pourquoi personne n’en parle ?

Aucune idée ! C’est testé et approuvé par moi-même. Et si vous ne me faites pas confiance (c’est normal, il faut être fou), voici les statistiques relevées par Garmin sur les appareils de ses clients : (vous pouvez aussi allumer votre télé, et mesurer vous-même)

Garmin statistics

Caractéristiques d’un coureur “élite” : cadence élevée, oscillations verticales faibles, temps de contact au sol faible.

Ces statistiques sont vraies peu importe la vitesse, c’est la longueur de la foulée qui détermine la vitesse et non la cadence qui elle reste presque constante peu importe l’allure. Ces trois paramètres sont de plus largement corrélés. L’avantage d’utiliser la cadence ? C’est facile à mesurer.

Le mot de la fin

Cette histoire de cadence n’a, en fait, rien de nouveau ni de révolutionnaire. Les meilleurs athlètes ont toujours couru à des cadences élevées. On peut regretter que la plupart des blogueurs se contentent de parler “du dernier régime running à la mode” et pas des fondamentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *