Je veux commencer à Courir ! Je fais comment ?

Hier encore (j’avais 20 ans…), Mélodie, qui travaille avec moi actuellement, me faisait une remarque très pertinente ! “Eh, mais on parle à qui sur Faster Today en fait ?” Bahhhhh… Ceux qui se mettent au sport mais qui ne veulent pas devenir des hippies chiants sans vie sociale à la base, mais j’me suis peut être perdu un peu en chemin. Well ok, on ne vous oublie pas ! Cet article revient sur les fondamentaux. Commencer à courir (ou à faire du sport en fait), ne pas devenir chiant, prendre du plaisir.

Comment commencer à courir ? Petit à petit !

Je sais, ça a l’air con, mais c’est con le sport, croyez-moi… (Sauf si vous pouvez réciter Niettzzzchheheee en courant).
Pour commencer à courir, il vous faut des baskets, une ou deux vidéos de course pour vous motiver et ne pas poser votre pied n’importe comment (ahh cet éternel débat entre talon et avant du pied), puis il faut vous lancer.

Peut-être qu’au début, vous ne pourrez pas courir 30 minutes d’affilée ou plus, peut-être que vous ne pourrez courir que 2 minutes, ou 5 minutes. Ce n’est PAS un problème. Nous avons tous commencé quelque part, vous êtes là pour vous y mettre, pas pour courir comme Forest (pas encore quoi).

Ne vous jugez pas, ne vous sous-estimez pas, ne vous comparez pas aux autres, c’est votre combat, votre plaisir, votre objectif.

N’hésitez pas à alterner marche et course pour démarrer.

Votre vrai objectif comme débutant : pouvoir courir 30 à 60 minutes sans vous arrêter, et sans souffrir. C’est à ce moment que le vrai plaisir commence, que vous allez pouvoir jouer un peu plus avec ce sport, et vous entraîner avec du monde.

C’est là que ça va devenir vraiment fun ! Le début, c’est toujours un peu difficile…

Et c’est là que vient votre premier vrai défi également…

Comment maintenir l’envie et la motivation quand on démarre le sport ?

Tant que cette habitude sportive n’est pas ancrée dans votre corps, vous aurez parfois envie d’abandonner, vous aurez parfois envie de ne pas y aller. Parfois, ce sera au delà de vos forces.

Il va falloir faire un choix.

Vous avez le droit de sauter une séance, ce n’est pas grave, vous avez le droit d’être fatigué, et d’avoir envie de Netflix & Chill parce qu’il pleut, on comprend.

Seulement vous n’êtes pas en sucre, la pluie c’est juste de l’eau, la fatigue est passagère (mais prenez soin de vous quand même hein). Parfois aussi, vous allez devoir vous mettre un gros coup de pied au cul !

Si vous voulez tenir sur la durée, c’est votre détermination qui fera la différence entre :

” Oui j’ai fait un peu de sport et j’ai maigri”

Et

“Nan mais maintenant je suis capable de courir 15 km entre mon cheesecake et mon mojito”

Question de volonté et de choix ensuite.

Vous voulez être qui dans la vie ? Vous voulez vous sentir comment ?

On se sent toujours mieux avec un peu d’activité physique. (Et des petits shots de kiss cool… mais là on se sent mieux 3h et après ça part en sucette généralement..)

3 hacks pour se motiver quand on n’a pas envie

Parfois, vous n’aurez VRAIMENT pas envie. Et dans ces cas là (parce que oui, je les vis aussi), je me dis 3 choses généralement.

La technique de militaire déterminé : L’abandon est définitif, la douleur est temporaire.

C’est ce que je me répète comme un mantra de hippie guerrier en attendant la bière, sur les courses difficiles. Je me répète vraiment cette phrase en boucle jusqu’à ce qu’elle m’imprègne. Sur moi ça marche pas mal. J’aime pas abandonner, j’me sens un perdant. (Vous avez le droit si vous êtes blessé cela dit, ne vous cassez pas bêtement).

La technique qui veut gagner des millions : appeler un ami.

Appelez un ami pour venir s’entraîner avec vous, c’est plutôt une bonne idée si vous avez du mal à vous y mettre, et que la motivation semble bien caché sous votre oreiller. Encore faut-il que votre ami soit un peu plus dynamique que vous à cet instant ! Attention au piège… ça finit vite en apéro tout ça.

La technique mouton de Panurge : je ne réfléchis pas et j’y vais

C’est ma technique préférée en période de prépa, quand ça devient un peu difficile et que j’ai de moins en moins envie d’y aller. Je prépare mes habits de sport la veille au soir, et le matin, après mon café, je les mets mécaniquement et je sors de chez moi sans me poser la moindre question.

Genre je ne réfléchis pas une seconde, j’y vais simplement et je me retrouve à faire ma séance sans me demander si je voulais y aller ou pas.

C’est pas hyper fun, mais ça reste une technique qui fonctionne bien pour se motiver !

Quoi manger quand on reprend ou débute le sport ?

C’est une question qui revient souvent… que doit-on manger quand on reprend le sport ?

Je ne suis pas nutritionniste ou diététicien, mes conseils ne sont ici que basés sur mon expérience perso, mon corps, et chaque organisme réagit différemment.

Voici quelques tips en vrac :

– Amorcer la reprise avec une semaine ou deux très strictes, juste le temps de faire comprendre à votre organisme qu’il faut s’activer et puiser dans les réserves. Ne surtout pas maintenir cette diète longtemps, c’est vraiment juste pour le choc.

– Cétogène, low carbs, high carbs, il existe autant de diète type que de personnes pour les inventer. Si vous n’êtes pas suivi par un pro, testez simplement ce qui vous convient le mieux, et apprenez à écouter votre corps (et non votre balance).

– Comprenez de quoi vous avez besoin et quand. Non, les glucides ne sont pas plus mauvais le soir, ils sont mêmes très bons si vous vous entrainez tôt le lendemain matin.

– Toutes les graisses ne sont pas mauvaises, tous les sucres non plus, ne vous gavez pas de protéines.

– Penser surtout aux fruits et légumes.

– Diminuez la taille de vos assiettes (genre le contenant, la taille du machin rond là), c’est psychologique mais cela fonctionne bien.

– Autorisez-vous des écarts, gardez du plaisir à manger. Ça n’est pas une règle immuable à suivre.

Le mot de la fin

J’espère que cet article vous aura permis d’y voir plus clair sur tous les aspects de la reprise, ou du démarrage de la course à pied, mais aussi du sport de manière générale.

N’hésitez pas à nous en parler, à m’en parler, en commentaire ou encore sur les différents réseaux.

Je le répète souvent, c’est ensemble que l’on construit Faster Today.

Et vous, comment avez-vous fait pour vous lancer, quand vous avez commencé ?

———————————————————————————

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez-nous sur Facebook pour en discuter ! Ou bien retrouve moi sur Instagram où je fais le poussin.

PS : Vous pouvez aussi télécharger nos 2 guides

– Le renforcement musculaire pour les débutants
– Courir ses 5 premiers km quand on part vraiment de nulle part.

Partager cet article :

2 Commentaires

  1. Anne so
    17 avril 2018 / 5 h 11 min

    J ai commencé après mes 2 grossesses,j avais besoin de refaire du sport, de retrouver un peu la ligne et fallait que je bouge.j avais déjà un peu couru dans ma jeunesse,j aimais ça. Je cours depuis 5 ans , j adore courir seule…maintenant la pluie le froid, ça ne me fait plus peur…

    • 17 avril 2018 / 5 h 14 min

      Quand on trouve cette plénitude, ce moment de vide quand on court seul, on a du mal à faire machine arrière, je comprends tout à fait 🙂
      Tu as un livre très bien qui parle de ce qu’on ressent en courant longtemps et seul : What I Talk About When I Talk About Running by Haruki Murakami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *