[Compte rendu de course] le 20km de Paris 2015

C’était ma première course longue officielle, et certainement pas la plus facile, mais est-ce si important ? Ne dit-on pas qu’il faut avant tout prendre du plaisir ? Bougez-pas, je vous en dis plus sur les 20km de Paris 2015, et comment je les ai ressentis.

20km-de-Paris-610x400

L’avant course

Je me préparais depuis quelques mois maintenant pour une course que je redoutais un peu.
En effet, si la distance ne m’est pas inconnue, c’était ma première en course officielle et je n’avais finalement que deux 10km à mon actif.

Comment dois-je gérer mon allure ? Comment gérer les ravitaillements ? Et si je n’arrivais pas à finir ?

Autant de questions qui m’envahissaient un peu.

Heureusement pour moi, j’ai le plaisir de courir avec plusieurs personnes expérimentées, qui m’ont aidé et rassuré en amont.

Nicolas qui m’entraîne en montagne, Yohan qui me conseille sur route (et que vous trouverez sur le site également), toute la Team Boost odéon avec qui je prend plaisir à courir chaque semaine, et quelques fois la team Let’s Run Paris, pour les run plus anglophones !

Je pense que dans toute discipline, sportive ou non, l’important est d’être bien entouré.

Voilà chose faite pour ma part.

Le jour de la course

Réveil 5h alors que nous ne courons qu’à 10h40, mais je ne supporte pas de me mouvoir avec le ventre plein, le petit dej se prendra donc aux aurores.

Je pense qu’avec le temps, on développe tous des petits rituels de course, des petits porte-bonheur et autres. Ce n’est pas forcément rationnel, mais ça rassure, ça fait du bien de retrouver de la routine dans un jour un peu particulier.

Niveau alimentation ? Barre protéinée, muesli, pommes, vitamines, pâtes de fruits. Voilà pour mon petit-déjeuner pré-course, et c’est systématiquement le même.

Ajoutez à ça 2L d’eau du levé jusqu’à H-2 pour être bien hydraté et ensuite je n’avale plus rien avant le premier ravitaillement. J’apprends, je tâtonne, mais je connais bien ma vessie et ses blagounettes.

La course

Jeremy kohlmann 20km de Paris

Le problème d’une course avec 26 000 personnes présentes reste l’accès aux différents sas. Malgré tout, nous avons réussi à rentrer dans le nôtre en moins d’une heure et l’ambiance était plutôt agréable et chaleureuse.

Km 0 à 5 : C’est cool, ça se promène, chacun cherche son allure et finit par la trouver.
On souffre un peu du premier km de côtes qui ne laisse rien présager de bon mais finalement tout va bien.

Le plus drôle ? Croiser des personnes que l’on connaît d’instagram au fur et à mesure de la course.

Le premier ravitaillement sera rapide, j’ai encore de quoi manger sur moi, je prendrai simplement un verre d’eau et c’est reparti.

A partir du km 6, j’ai trouvé mon allure, je suis autour de 5’15 » au kilo et je ne compte plus en bouger sauf pour les ravitaillements.

Km 6 à 10 : Tout va bien, c’est finalement comme un 10km pas trop rapide jusqu’ici. Cool, on admire le paysage, on se fait des petites blagues en accélérant un peu par moment.

Km 10 : Ça pique un peu, on s’arrête quelques secondes au ravitaillement pour manger une barre et boire un verre d’eau. Bon ok… il reste la même chose à faire. Je suis là pour quoi moi déjà ?

Km 10 à 15 : Ce sont ceux qui ont sincèrement le plus entamé mon moral. A ce moment-là, plus vraiment de plaisir. C’est dur, je n’ai plus envie, mais pour autant il n’est absolument pas question de s’arrêter.

Dans ces moments-là, un rien peut remonter le moral. Des applaudissements sur le côté, la bonne musique qui arrive sur la playlist, un enfant qui te tape dans la main.

Km 15 : Ahhh enfin le ravitaillement, les km deviennent plus longs, les jambes tirent mais, le souffle va bien, les muscles suivent.

Ok, il reste 5km, ça va le faire, ça pique mais ça va le faire.

Km 15 à 17 : Difficiles mais finalement ils passent assez vite, on est sur les quais de Seine, on voit la Tour Eiffel au loin, ça va aller, ça le fait j’vous dis. Niveau timing ? Pile dans les temps pour faire moins d’1h50 : Youpi youpi.

Km 17 à 20 : Bon, va falloir s’activer un peu, tiens je vais accélérer. 500m plus loin, ah nan en fait, je vais revenir à mon allure, pas possible sinon. De toute façon il ne reste qu’une quinzaine de minutes de course.
Oh un papillon… oh quel joli T-shirt il a lui… ah tiens, il a l’air plus mal que moi celui-là.

On se distrait comme on peut pour finalement oublier qu’on court depuis bien 1h30 et que c’est pas joli joli niveau musculaire.
Je suis peut être moins bien préparé que ce que j’imaginais.

C’est à ce moment qu’on se dit : ok, dans 6 mois, je dois faire le double, je suis FOU-TU.

Km 20 : la ligne d’arrivée, les sons qui s’éloignent, le visage qui picote. APPELEZ LE SAMUUUUUUUU, AAAAHHHHH j’ai mallllll. Ah nan ça va en fait. J’peux avoir de l’eau ? Comment ça elle est dans 200m ? Vous savez que j’viens de courir 20 bornes ? I NEED WATER BITCHES.

Médaille en poche et bouteille d’eau en main, retour à la maison après avoir félicité les quelques personnes croisées. Fier de soi et des gens qui vous entourent, vous reviendrez probablement l’année prochaine.

Félicitations à l’organisation qui a franchement dû en chier pour gérer 26000 coureurs, sans compter les supporters, les bénévoles, les curieux et j’en passe.

Perso, c’est déjà le bordel quand on doit shooter à 4.

4 Commentaires

  1. 18 octobre 2015 / 18 h 37 min

    Bravo, beaucoup d’application dans l’avant course jusque dans ce petit déjeuner impressionnant sachant que tu te ravitailles en course 😉 Par contre les 2 litres de flotte le matin de la course, mouais. La suite maintenant !

    • 18 octobre 2015 / 18 h 49 min

      Merci Philippe ! Tous ces petits rituels s’amélioreront course après course je pense, il y’a sûrement des choses à caler, mais j’apprends 🙂

  2. Ismael
    18 octobre 2015 / 19 h 23 min

    Le concept de ce site internet est excellent. En plus vous ne manquez pas d’humour. Ne vous relâchez surtout pas!! (Sans jeu de mot, ok je sors). N’hésitez pas à rajouter quelques vidéos où on vous voit. Vraiment le potentiel est là!

    • 18 octobre 2015 / 19 h 44 min

      Merci pour tes retours Ismael ! Pour la vidéo, c’est prévu 🙂 Le temps de se caler sur la technique et le matériel, et on devrait mettre ça en place 😉
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *