Comment éviter les blessures : Renforcement musculaire, écoute de son corps et travail du “foncier”

Ouuuhhhhhh le titre compliqué, ça a l’air bien chiant tout ça. Nan en vrai rassure-toi, ça va être cool, ça va bien se passer, c’est un sujet important d’ailleurs ! Comme vous le savez, on a une team assez éclectique, ou disparate, c’est comme tu veux. Ça veut pas dire la même chose mais tu vois l’idée. Du coup, on a des machines de guerre, mais aussi des gens tout le temps blessés ! On s’est demandé pourquoi, et j’ai voulu t’en parler !

Pourquoi je me blesse souvent en course à pied ?

Je parle ici de course parce que, c’est ce que je connais le mieux. Mais en vrai, ça vaut pour tous les autres sports ! La course à pied est juste un peu plus traumatisante que la moyenne pour le corps. M’enfin on est des guerriers, même pas peur.

Les blessures peuvent survenir pour de nombreuses raisons :

– Problème physique réel (ton corps est pas comme il faut pour courir, tu n’y peux rien…)
– Problème dynamique (tu cours mal et ça entraine un truc pas cool quelque part)
– Surentrainement (t’en as fait trop, trop vite, ton corps valide pas du tout l’idée)
– Problème de matériel (tes chaussures sont mortes, ton short frotte ou j’sais pas)
– Faiblesse musculaire, déséquilibre (t’as trop de quadriceps et pas assez d’ischio par exemple)

Enfin bref, comme tu le vois, il y a beaucoup de raisons possibles !

On est pas un blog de chirurgie, donc tout ce qui est défaut de ton corps, on va pas en parler déjà (mais il existe des médecins qui feront ça très bien).

La façon de courir, on n’en parlera pas trop aujourd’hui mais concrètement, il y a des dizaines de vidéos Youtube qui t’expliquent comment avoir la bonne foulée, celle qui ne te bousille pas de partout.

Le matériel, rien à dire. Teste des trucs, et si ça va pas, tu changes ! On fera souvent des tests ici de toute façon 🙂

Du coup, on va parler du reste !

Comment se manifeste le surentrainement en running ?

En fait c’est assez simple, il se manifeste comme partout.

Tu as des douleurs musculaires accrues, articulaires, tendineuses, tu es irritable, tu peux perdre l’appétit (chez certains membres de la team, si ils n’ingurgitent pas leur 4000 calories jours, on appelle l’armée direct) etc…

Autant de symptômes qui sont des signaux d’alarme. Ton corps essaie de te dire : oh oh oh, petit bonhomme, tu me fais quoi là ? C’est trop d’un coup pour moi, j’vais pas tenir !

Oui, mon corps me parle avec la voix du père Noel.

Parfois en pleine prepa, ou en pleine progression, ça se passe un peu trop bien et l’on est tenté d’en faire plus que prévu.

Erreur.

On l’a tous fait (je fais la connerie tous les 3 mois environ…), c’est généralement là qu’on se fait mal quelque part.

Apprenez à écouter votre corps (j’en reparle après) et à faire doucement, suivez votre planning. Vous n’avez pas systématiquement besoin d’allonger vos sorties, ou de faire 6 séries de chaise en plus…

Les conséquences des faiblesses musculaires

Souvent quand on aime un sport, on a tendance à ne faire que cela. Rien d’autre, du tout. Le reste c’est nul m’voyez.

Stéphane me crie dessus à ce sujet toutes les semaines environ.

“Il faut être complet”

Gné gné gné, moi j’veux courir laisse-moi tranquille, j’irai pas à la piscine, j’suis pas un poisson.

Le problème, c’est qu’en ne pratiquant qu’un seul sport, vous ne sollicitez vos muscles, tendons et articulations que d’une seule et même façon toute l’année.

J’ai vraiment besoin de vous expliquer pourquoi c’est tout pourri ?

Trouvez au moins un autre sport qui vous plaît, ou mettez vous vraiment à la musculation spécifique, adaptée à votre sport principal. Ça vous fera du bien.

C’est souvent à cause de faiblesses comme celles-ci que vous vous retrouvez avec une tendinite ou une articulation qui déconne (j’en bouffe 3 par an, je sais de quoi je parle… je crois qu’on 2015, j’étais plus souvent blessé qu’entrain de courir…)

Le foncier, ça se crée sur la durée

Ouh le sous-titre obscure !

Le foncier, c’est votre background, c’est ce que vous avez déjà fait, ce que votre corps connaît, est capable de faire.

Les km parcourus cette année, le nombre de minutes de gainage, l’endurance quoi, ce que vous avez bouffé.

Pour bien valider une distance en course, il faut l’avoir fait X fois.
Du moins, pour ne pas sortir de course avec une fracture du col du fémur…

Prenez le temps de valider les distances dans votre plan d’entrainement, ne brulez pas les étapes, écoutez vraiment votre corps.

Si vous avez mal ralentissez, ou arrêtez vous carrément quelques jours, ça ne changera rien le jour de la course.

Si vous êtes fatigués, prenez le temps de dormir un peu plus, mangez différemment et que sais-je.

J’entends trop souvent des gens blessés dire : j’avais mal depuis 2 mois mais j’ai continué dessus, je pensais que ça passerait.

FLASH INFO : les tendons et articulations, ça passe en se soignant, ou en baissant un peu l’intensité. ça ne passe pas en forçant dessus (je l’ai appris moult fois à mes dépends.)

ECOUTEZ VOTRE CORPS. IL SAIT CE QU’IL FAIT.

Apprenez à comprendre les signaux d’alarme.

Bref, je crois que j’en ai fini pour aujourd’hui, mais cet article me semblait plus qu’important.

Déjà pour moi, car en l’écrivant je me force à le suivre, mais aussi pour vous, pour qu’on arrête de se faire mal toutes les 5 minutes en faisant n’importe quoi.

Si tu es à l’aise sur 10 km, passe à 11.
Si tu as souffert au 11eme, ne passe pas à 21… sois pas con.

Je vous laisse ici mais n’oubliez pas de retrouver Faster Today sur La newslettersur Instagram et surtout, sur notre page Facebook :

[wpdevart_like_box profile_id=”482780551895536″ connections=”show” width=”300″ height=”550″ header=”small” cover_photo=”show” locale=”en_US”] Bisous, love et course à pied !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *