Bonne ou mauvaise douleur : savoir les différencier

Quand tu arrives à un certain volume d’entrainement (en course ou dans plusieurs sports) – tu finis toujours par avoir mal quelque part. Seulement voilà, comment différencier la douleur classique de celle qui doit interpeller ? Bouge-pas, on va chercher la réponse ensemble !

Avant tout, GROS POINT IMPORTANT ! Tout conseil donné ici, surtout sur ce sujet, ne vous dispense pas d’une visite chez le médecin. Nous pouvons ici tous vous parler d’expérience mais ne sommes pas formés à la médecine sportive. Merci de prendre cela en compte pour la suite, c’est important 🙂

Plusieurs types de douleurs, pas toutes inquiétantes

Douleur musculaire dos

A partir d’un certain volume d’entrainement, tout sport confondu, on finit toujours pas avoir mal quelque part, mais ce n’est pas alarmant pour autant.
Il va falloir comprendre les douleurs, et donc apprendre à faire avec, à les contrer, ou plus important encore : à les soigner.

N’hésitez pas palper vous même vos muscles, tendons, articulations pour prendre un peu mieux conscience de votre corps, vous apprendrez ainsi à localiser une douleur, à savoir si elle doit vous inquiéter ou non etc…

Par exemple, 90% des douleurs musculaires ne posent aucun souci.
Il s’agit en général de courbatures dû à l’acide lactique produit par un effort long ou par des micro-fissures dans le muscle lors d’un effort de force.

A moins d’un claquage ou d’une déchirure (et autres trucs bien pourris niveau musculaire), pas d’inquiétude à avoir. Et « rassurez-vous », si votre muscle a un vrai problème nécessitant médecin, vous le sentirez immédiatement, le corps humain restant une machine plus que bien faite, et qui saura vous avertir avec un gros signal d’alarme (oui, la douleur).

Au passage, un bon signal pour savoir si une douleur est inquiétante ou non : sa durée.
Si une douleur inhabituelle persiste plus de 5 jours, allez voir un médecin. Si ça repart comme c’est venu, c’est que votre corps ou l’ajustement de votre entrainement a résolu le problème.

Les douleurs articulaires

Dans les sports d’endurance, nous y sommes particulièrement sujet en raison des chocs répétés, des mouvements répétitifs etc… (sans parler de l’amorti, de la surface de choc etc..)

Attention à vos articulations, on dirait pas comme ça, mais elles peuvent encore servir.
En running par exemple, ne tapez pas le sol à grand coup de talon, sinon vous risquez justement ces vilaines douleurs, surtout à long terme.

Après une course très longue par contre, il n’est pas rare ni étonnant d’avoir des douleurs dans les articulations. Elles ne sont pas alarmantes du moment qu’elles disparaissent dans les jours qui suivent la course ou la séance d’entrainement longue.

N’hésitez pas à changer un peu de sport à la reprise, notamment pour les coureurs / Traileurs – pour soulager momentanément vos articulations meurtries.

Les douleurs tendineuses

Ce sont celles que nous rencontrons presque tous à un moment ou un autre de notre entrainement.
Qu’il s’agisse de réelle tendinite ou seulement de petite inflammation, vous les reconnaitrez facilement, elles sont situées à des endroits inattendues (à moins que vous sachiez situer tous vos tendons… mais moi pas)

Bref, la tendinite guette tout sportif qui augmente son volume d’entrainement, et ce, peu importe le sport. Il faut savoir la sentir arriver, et corriger ce qui la déclenche.

Une fois qu’elle est installée, c’est l’arrêt jusqu’à rétablissement, avec généralement Médecin du sport, Kiné etc…

Bref, les tendinites ça pue, augmentez progressivement votre volume d’entrainement, votre corps vous remerciera.

D’autres type de douleurs liées au sport ?

Vous allez expérimenter tout type de douleurs nouvelles si vous venez de vous mettre au sport.
(Si vous êtes un « ancien », vous les connaissez déjà toutes depuis bien longtemps…)
Ne sous-estimez jamais la douleur, elle est un signal d’alarme du corps qui signale un problème, une souffrance interne.

Quand elle concerne l’appareil musculo-squelettique, il n’y a rien d’irréversible si vous ne forcez pas dessus, toutefois, une autre type de douleur (cardiaque, à la tête, etc…) après un effort doit immédiatement faire l’objet d’un appel à votre médecin (ou bien, d’un passage).

Ce n’est probablement rien, mais mieux vaut le déranger inutilement et perdre une demie heure que d’avoir un vrai pépin.

Bref, cet article n’était pas vraiment drôle et je m’en excuse, mais d’après la team, il était nécessaire !

Pour se rattraper du coup, petite compilation de phrases entendues à l’entrainement chez les membres de la team, toutes liées à des douleurs :

– Aie, j’peux plus marcher, c’est loin comment chez toi ? Après un 10km forcé…
– J’ai de nouveau le Sartorius tout enflammé la putain ! (Toi aussi répète bêtement les mots du Kiné)
– Les tendinites j’y crois pas, c’est comme la gueule de bois, ça n’existe pas !
– La douleur c’est dans la tête, cours et tais-toi ! Oui m’enfin j’ai des crampes, c’est un peu dans les jambes là aussi…
– J’arrive plus à passer une seule traction ! – Bah prends les élastiques ! – Mais j’suis déjà avec les élastiques putain ! Je tétanise…
– J’ai une douleur du genou qui remonte dans la hanche. (Tous en coeur) : TFLLLLLLLLL
– Docteur, j’ai mal au tendon, comment je fais passer ça ? Faut arrêter de courir monsieur… LOL.

Toi aussi tu as des blagounettes à nous faire niveau douleur pas trop trop grave mais quand même ? Viens nous donner ton avis en commentaire !

Et surtout, rejoins-nous sur Facebook : [wpdevart_like_box profile_id= »482780551895536″ connections= »show » width= »300″ height= »550″ header= »small » cover_photo= »show » locale= »en_US »]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *